Le latin

Le latin fait partie des options proposées au Lycée Pierre-Guéguin.

L’option est ouverte à tous les élèves désireux de la pratiquer de la Seconde à la Terminale, toutes sections générales confondues.  L’horaire hebdomadaire est de 2 ou 3 heures selon les niveaux.

Le cursus s’achève par une épreuve orale au baccalauréat qui, comme toutes les options, ne comptabilise que les points supérieurs à la moyenne : ces points sont affectés, dans le cas du latin, d’un coefficient 3 s’il est choisi en première option, et ce dans toutes les sections.

Légende de la photographieUn maître d’école et ses élèves, bas-relief romain antique

L’option latin inclut également une initiation au grec ancien (sur laquelle les élèves ne sont pas interrogés à l’épreuve du baccalauréat).

C’est sans doute la question qui est le plus souvent posée. Quelles réponses apporter ?

Le latin ne sert à rien ? C’est vrai : qui se soucie de ce qui s’est passé il y a tant de siècles ? L’Antiquité, c’est trop ancien, trop poussiéreux : tous ces trucs grecs qu’on a créés à cette époque, la démocratie, la politique, la philosophie, la physique, les mathématiques, la médecine, l’économie, le théâtre, tous ces vieux machins repris par les romains sont dépassés !

Ça ne sert qu’à rajouter des heures ? Mais quand a t-on le temps, une fois entrés dans la vie active, de s’intéresser de façon sérieuse à tout ce pan de la culture ? Quand on a un travail, une maison, une famille, où caser César ? C’est maintenant que les élèves ont le temps de se cultiver. Ne pas remettre au lendemain ce qu’on ne peut pas faire le lendemain !

Un romain et sa femme, fresque antique de PompéiUn romain et sa femme, fresque antique de Pompéi

C’est un truc d’intello ? Oui : et alors ? Les langues anciennes rendent moins bête ! Tous les latinistes et les hellénistes cultivent un champ commun : les humanités. Ce mot, souvent galvaudé, désigne, selon les mots de Cicéron, toute la culture qui, en perfectionnant les qualités naturelles de l’homme, le rend digne de ce nom d’être humain, ce qui le distingue de l’animal et du barbare.

Ça ne vaut pas les langues vivantes ! Nos sociétés permettent à qui le souhaite de partir à l’étranger ou de rencontrer des étrangers pour acquérir une ouverture d’esprit salutaire. Mais qu’en est-il des étrangers du passé  ? Si vous alliez jeter un œil à ce qu’ont à vous dire des gens qui ont réussi à vous transmettre, à travers les siècles, leur parole ? On parle de l’Antiquité classique comme de l’ancêtre de notre culture : c’est en partie faux. Des chercheurs l’affirment : il faut déconstruire les illusions généalogiques et les prétendues ressemblances entre les Anciens et nous. Les étudier, c’est découvrir d’autres traditions de pensée, d’autres modes de vie.

Lorsque, après avoir fréquenté les Anciens, on revient au monde contemporain, on ressent toujours comme une mise à distance, une réflexion supplémentaire face à nombre de discours et de faits actuels : cette distance critique enrichit l’intelligence, assure une indépendance d’esprit, et rend plus libre.

Ils sont nombreux. L’option latin vise à :

  • rendre capables les élèves de lire et traduire un texte latin ;
  • étendre et approfondir leurs connaissances culturelles, historiques, littéraires, philosophiques et artistiques à travers l’étude des textes et des arts antiques ;
  • améliorer leurs connaissances linguistiques générales, utiles à une pratique correcte du français mais aussi à l’étude des langues : les langues romanes (italien, espagnol) comme les langues à déclinaison (allemand, langues slaves et scandinaves…) ;

Alexandre le grand en Inde, enluminure d’un manuscrit médiévAlexandre le grand en Inde, enluminure d’un manuscrit médiéval

  • contribuer à développer les capacités d’expression écrite et orale des élèves en aidant à structurer leur pensée, leur discours, leur argumentation ;
  • leur permettre de s’initier à des sciences humaines en grande partie absentes de l’enseignement secondaire, mais pourtant enrichissantes : la linguistique bien sûr et l’archéologie, mais aussi l’anthropologie, l’histoire des sciences, l’histoire des idées et celle des religions…
  • croiser et réinvestir des connaissances issues de diverses disciplines : la philosophie, les sciences politiques, l’économie, l’histoire des arts (sculpture, peinture, architecture, musique)…

On a tendance à croire qu’il n’y a guère de métiers où le grec et le latin peuvent se révéler nécessaires ou profitables. C’est bien sûr faux. Quels sont-ils ?

D’abord, l’enseignement et la recherche, dans divers domaines qui nécessitent une formation en langues anciennes :

  • lettres classiques (avec de nombreuses spécialités et de multiples liens avec l’histoire, l’anthropologie ou l’archéologie) ;
  • archéologie (évidemment, dans le domaine latin ou grec, mais aussi pour l’archéologie d’autres cultures, même très éloignées !)
  • anthropologie ;
  • histoire (que ce soit en histoire antique ou médiévale) ;
  • linguistique (et notamment la linguistique historique, ou celle des langues celtiques, germaniques, slaves ou orientales).

 

Manuscrit en grec ancien des Eléments d’EuclideManuscrit en grec ancien des Eléments d’Euclide

Contrairement à ce que l’on peut penser, les objets d’étude des sciences de l’Antiquité sont sans cesse renouvelés par les découvertes des chercheurs.

Ensuite, les métiers du livre ou du patrimoine, qui sont fondés en partie sur des connaissances apportées en lettres classiques : bibliothèques, musées, archives (avec par exemple le très sélectif diplôme d’archiviste-paléographe de l’Ecole des chartes à Paris).

Enfin, les différents métiers où une formation en lettres classiques est un plus indéniable : éditeur, voire journaliste, magistrat et avocat, ou même homme - ou femme - politique (de nombreux politiques, passés par l’ENA ou l’IEP, ont fait des études de lettres classiques) !

Sans oublier deux choses :

  • la connaissance du grec et du latin est particulièrement utile en sciences et en médecine, à cause de l’étymologie du vocabulaire scientifique ;
  • les larges connaissances culturelles qu’apportent les lettres classiques sont de toutes façons un atout.